Les vaccins

Si les mesures "barrière" (port de masque, lavage des mains) sont importantes pour retarder l'épidémie, la vaccination reste le moyen préventif le plus performant.



Vaccins nouveaux? préparés à la hâte?

Les vaccins
La crainte suscitée, il y a quelques années, par la possibilité d’une pandémie avec le virus aviaire AH5N1 avait conduit les agences d’enregistrement (US et européenne) à établir, pour les industriels, des recommandations pour favoriser la mise sur le marché rapide de vaccins dirigés contre la souche pandémique. Des procédures ont été mises en place pour se préparer à une nouvelle pandémie. Il a été conçu un vaccin prototype pour lequel il suffit de remplacer la souche connue (c'était alors H5N1, grippe aviaire) par la nouvelle souche. C'est ce qui a été fait. Certains des vaccins actuellement disponibles ont validé cette procédure et ont été disponible avant ceux qui ne l'avaient pas validée.

Les vaccins contre la grippe A(H1N1)2009 ont subi exactement les mêmes procédures de contrôle que ceux contre la grippe saisonnière et ils ont été testés chez bien plus de personnes !
Ces vaccins sont fabriqués de la même façon que les vaccins contre la grippe saisonnière qui changent chaque année.

Les vaccins disponibles et leurs différences

Pour le moment 4 vaccins sont disponibles en France.
1- Le Pandemrix, vaccin avec adjuvant, cultivé sur oeuf. Il représente 50% des vaccins disponibles en France.
2- Le Focetria, vaccin avec adjuvant, cultivé sur oeuf.
3- Le Panenza, vaccin sans adjuvant, cultivé sur oeuf.
4- Le Celvapan, vaccin sans adjuvant, cultivé sur cellules (disponible que dans certains hôpitaux).

Ils ont une teneur en antigènes variant d'un rapport de 1 à 4. Certains contiennent 4 fois plus d'antigènes que d'autres. Donc plus efficaces mais plus longs à fabriquer.

La nécessité d'avoir, rapidement, une quantité importante de vaccins a nécessité de faire des vaccins
- multidoses (il est plus rapide de faire un flacon de 10 doses que 10 seringues d'une dose)...
- avec adjuvant, qui permet de mettre parfois 4 fois moins de "composant actif" (antigène) tout en le rendant plus efficace.

Ca veut dire quoi oeuf, adjuvant etc. ?

1- Ces vaccins sont cultivés soir sur des oeufs soit sur des cellules.
Le risque de la culture sur oeuf existe pour les personnes qui ont une allergie grave à l'oeuf.
Il en est de même avec le vaccin Rougeole-Oreillon-Rubéole.

2- Conservateur = sel de mercure
Les vaccins conditionnés en multi-doses nécessitent un conservateur pour éviter la contamination.
C'est la substance la plus souvent utilisée dans le monde entier depuis très longtemps, la plus efficace contre les contaminations, et la mieux étudiée. De nombreuses études réalisées n'ont montré aucun effet indésirable.

3- Les adjuvants
Ils permettent de faire des vaccins avec moins de substance active, plus rapidement, plus efficaces, en particulier (peut-être) en cas de mutation.
L'aluminium, qui est un adjuvant habituel de nombreux vaccins qu'ont déjà reçu vos enfants, ne fait pas parti des vaccins anti-grippaux.
Il s'agit de "squalène" qui est une "huile" contenue dans de nombreuses plantes (olives, céréales, etc.) et fabriquée par animaux et humains au cours de la synthèse du cholestérol.
Plusieurs vaccins, délivrés à plusieurs dizaines de millions en sont pourvus sans qu'on ait trouvé un effet indésirable probant.

Les effets secondaires

Une mise à jour hebdomadaires de ces effets secondaires est consultable sur le site de l'AFFSAPS
Si vous avez été amener à consulter pour un effet indésirable, n'hésitez pas à le déclarer et à renvoyer ce formulaire
1- Les vaccins avec adjuvants
Ils majorent essentiellement les réactions locales (douleur, gonflement, rougeur).
2- Comme pour toute vaccination des effets généraux peuvent survenir dans les 2 jours qui suivent.
Maux de tête, fatigue, malaise, diminution de l'appétit, fièvre (rarement à plus de 39°C) voire un yndrome grippal.
3- Le syndrome de Guillain Barré
- c'est une maladie qui affecte les nerfs, qui entraînent des paralysies des muscles, parfois respiratoires et qui peut être grave.
- elle survient le plus souvent après une infection virale, et en particulier la grippe
- elle touche, en moyenne et chaque année 1 à 2 français pour 100 000
- ce risque semble être 10 à 15 fois supérieur après une infection grippale
- la risque après vaccination semble être de 1 pour 1 000 000!
4- Il faut se méfier des relations de cause à effet entre 2 événements.
Une étude récente retrouve que si l'on vaccinait avec un placebo 10.000.000 de personnes, on pourrait observer dans les 6 semaines suivantes 21 cas de Guillain-Barré, 86 névrites optiques et 57 morts inopinées. Et un placebo donné à un million de femmes enceintes serait suivi de 16.700 avortements.

Un nouvel effet secondaire?
J'observe depuis quelques jours autour de moi un effet secondaire de la vaccination : les sujets vaccinés sont apaisés, surtout si leur décision est d'origine altruiste ; ils n'ont plus à se poser la question de la vaccination ; ils n'ont plus l'inquiétude de contaminer les autres, notamment les enfants. J'en viens donc à ajouter cet élément de discernement à ceux qui me demandent conseil : "Si vous vous faites vaccinés, vous n'aurez plus à vous poser la question tous les jours !"
une réflexion d'un grand pédiatre dijonnais.

Leur efficacité

Il semble certain que ce vaccin ne soit pas efficace contre la grippe saisonnière et inversement.
Aucun vaccin n'est efficace à 100%.
Néanmoins, il semble clair que ce vaccin protège contre les formes graves.

Il faut attendre 10 jours (au mieux 15 jours) pour avoir un taux d'anticorps protecteurs après la première injection.
Pendant combien de temps? Ca dépend de l'âge et des vaccins. On en saura plus dans quelques semaines.

Mais pourquoi de nombreux médecins sont contre la vaccination?

C'est un problème de fond essentiel!
Je répondrai par une seule question:
avez-vous entendu un seul médecin, pédiatre ou médecin d'adulte, responsable d'une unité d'urgences ou de réanimation, qui ne recommandent pas la vaccination?

D'autres questions:
- quels sont les médecins qui ne le recommandent pas?
- quelles sont leurs compétences?
- à celui qui vous dit qu'il est contre, demandez-lui le nom des vaccins disponibles et leurs compositions. Vous verrez ainsi s'il se tient au courant avant de dire des âneries.

J'attends toujours que l'on me donne une seule raison argumentée pour ne pas se faire vacciner.

Dimanche 29 Novembre 2009
Lu 1494 fois