La grippe A (H1N1) 2009 n’est pas la grippe saisonnière ...

«Prévoir le pire, espérer le meilleur, et prendre ce qui vient.» (Confucius)

Pour la première fois nous avons les moyens d'anticiper et de prévenir une pandémie qui pourrait être grave.



La grippe saisonnière

La grippe A (H1N1) 2009 n’est pas la grippe saisonnière ...
Les premières études concernant la grippe pandémique viennent d’être publiées. On la connaît donc mieux. Elle s’est déjà installée en France, et dans le Provinois.
La grippe saisonnière touche, en moyenne, environ 5% des français (la proportion est plus grande chez les enfants).
Ses complications concernent avant tout le nourrisson, les personnes âgées de plus de 65 ans, et ceux qui ont des maladies chroniques.

Le taux de décès n’est pas très important chez l’enfant mais les hospitalisations sont fréquentes chez les plus petits, et c'est pour ça que je vous invite, chaque année, à vous faire vacciner.

Quelques chiffres approximatifs:
- près de 10 000 hospitalisations annuelles, 50% sont des personnes âgées de plus de 64 ans, 20% des enfants de moins de 4 ans.
- plus de 3000 décès annuels, dont 90% touchent les plus de 64 ans et 1%, une trentaine, les enfants de moins de 4 ans.
La grippe A H1N1 2009, c’est différent.

La grippe pandémique est plus contagieuse

On estime le taux d’attaque (pourcentage de personnes atteintes) entre 10 et 30% (donc, au minimum 2 fois plus que la grippe saisonnière).
L’épidémie risque d’être beaucoup plus longue.

Elle touche principalement les sujets jeunes

Ce taux d’attaque pourrait être de 40% chez le moins de 16 ans et de 5% chez les plus de 64 ans.
Les prévisions initiales les plus optimistes faisaient état de 20 000 hospitalisations chez les moins de 16 ans (dont 50% chez les moins de 4 ans), les plus pessimistes de 116 000 hospitalisations!

Fin novembre, nous sommes loin de ces prévisions. Et c'est tant mieux!

Elle affecte une proportion élevée de sujets en bonne santé

Selon les études 30 à 50% des personnes hospitalisées pour des formes graves sont des personnes en bonne santé. Les facteurs de risque sont les nourrissons (surtout de moins d’1 an), les femmes enceintes, les obèses et les personnes atteintes de maladie chronique.

Elle comporte des complications graves inhabituelles

Le scénario le plus optimiste prévoyait 6 400 décès, le plus pessimiste 96 000 décès. 20% de ces décès toucherait les enfants âgés de moins de 16 ans, et parmi eux 1/4 auraient moins de 4 ans. 15% ne concernerait que les plus de 64 ans.

Pour le moment on est loin de ces scénarii qui avaient été conçus au début de l'épidémie en fonction des premiers résultats publiés.
L'épidémie n'est pas finie, le virus peut changer, et il ne faut pas oublier que ce virus a déjà entraîné plus 2 fois plus de décès chez les enfants US que la grippe saisonnière.

Dimanche 29 Novembre 2009
Lu 1460 fois

Dans la même rubrique :

Les dernières news - 29/11/2009

Les vaccins - 29/11/2009