Diagnostic et traitement

Il y a des syndromes grippaux, fréquents en cette saison, beaucoup ne sont pas dus à la grippe.
Nous n'avons aucun moyen, au cabinet, pour affirmer si c'est une grippe ou un autre virus.



Les signes de la grippe

Diagnostic et traitement
Tout peut se voir chez l'enfant.
Chez le nourrisson de moins d'un an, une fièvre brutale à plus de 39°C suffit à évoquer le diagnostic.
Chez le plus grand, on demandera le plus souvent, pour évoquer le diagnostic, une toux et de da la fièvre.
Mais plus l'enfant est jeune, plus les symptômes peuvent être variés:
- les signes digestifs sont souvent au premier plan (vomissements, diarrhée)
- ce peut être aussi une otite, une laryngite, une bronchiolite etc.

Bref le fameux virus, pour lequel il ne faut pas prononcer le nom, peut être à l'origine de la plupart des infections saisonnières actuelles.

Mais comment faire le diagnostic de grippe?

On ne peut le faire avec certitude.
Il existe des tests rapides (comme pour les angines) qui permettent, en 15 minutes, de savoir si c'est une grippe B ou A (saisonnière ou pandémique). Ils ne sont pas très sensibles (c'est à dire qu'il y a 75% de chance qu'ils soient négatifs lors d'une grippe authentique), même s'ils sont spécifiques (s'ils sont positifs, c'est pratiquement sûr que ce soit une grippe).
Ils coûtent très chers (15 euros le test minimum) et ne sont pas remboursés. Je peux en avoir au cabinet, mais seriez-vous d'accord pour payer 20€ pour que je vous dise que le test est négatif mais que ce n'est pas fiable?

Le moyen le plus fiable pour faire le diagnostic est un prélèvement nasal que l'on envoie dans un centre de référence. Ca coûte 300€ plus le transport (on peut arriver à près de 1000€ selon la région). Il est évident qu'on ne peut le proposer à toute personne qui tousse et qui a de la fièvre.
Ces prélèvements ne sont recommandés que pour les cas graves ou pour ceux qui pourraient le devenir du fait des facteurs de risque.

Il faut donc se méfier des diagnostics de certitudes : "votre enfant a la grippe A!" ...

Et le traitement: le Tamiflu

J'ai beaucoup prescrit de Tamiflu les années précédentes pour des enfants qui avaient une grippe saisonnière confirmée par le test que j'avais alors gratuitement au cabinet.
Le problème est le même que pour les antibiotiques: c'est pas systématique. Il est apparu effectivement qu'il y avait de plus en plus de résistances.
Il faut donc le réserver aux enfants qui en ont vraiment besoin, car à risque ou parce qu'ils font une forme grave.

Il peut également être prescrit, en préventif (chez des enfants qui ont été en contact étroit avec une personne fortement suspecte de grippe). Mais là aussi, il faut qu'il y ait des facteurs de risque (ancien prématuré, maladies respiratoires sévères, déficit immunitaire etc.).

Et les antibiotiques?

En préventif, surtout pas!
Devant une infection pulmonaire prouvée par une radio, ça ne se discute pas.

Et le vaccin contre le pneumocoque?

Il faut bien sûr le faire (Prevenar) chez le nourrisson, comme prévu par le calendrier vaccinal.
Il est également conseillé de faire le Pneumo 23 chez les plus grands qui sont à risques particuliers (absence de rate, drépanocytose, diabète et d'autres maladies rares), plus discutable pour d'autres mais sûrement pas pour des maladies comme l'asthme.

Et les autres mesures?

Il faut bien évidemment renforcer les mesures "barrière", ne pas aller "au" Leclerc avec son enfant, donner des masques à ceux qui les supportent, se laver les mains etc.
Doliprane (ou Advil) en cas de fièvre mal tolérée ou douleurs.
Repos au domicile et retour à l'école dès que l'enfant n'a plus de symptôme.

Précautions particulières avec l'entourage surtout si
- femmes enceintes
- nourrissons
- maladies chroniques etc.

Dimanche 29 Novembre 2009
Lu 1451 fois

Dans la même rubrique :

Les dernières news - 29/11/2009

Les vaccins - 29/11/2009