ALLAITEMENT MATERNEL : CONSEILS APRÈS LE RETOUR À LA MAISON

Ce dossier a été écrit par le Docteur Catherine Salinier, pédiatre à Gradignan



L’allaitement se fait « à la demande du bébé »

ALLAITEMENT MATERNEL : CONSEILS APRÈS LE RETOUR À LA MAISON
Il n’y a pas d’intervalle particulier à respecter entre les tétées.
C’est le bébé qui en se réveillant et en manifestant des signes de faim (s’agite, suce ses doigts,) vous interpelle ….et la maman qui, selon l’intervalle de temps avec la tétée précédente et la façon dont le bébé a tété à cette tétée-là, détermine s’il y a lieu ou non de le mettre au sein …( ne pas attendre qu’il pleure il peut être alors trop énervé pour bien téter)
(ex: un bébé peut très bien avoir besoin de téter 1h seulement après une tétée courte ou s’il fait chaud ou s’il a beaucoup pleuré et donc peut avoir soif et ne téter alors que quelques secondes, à l’opposé un bébé peut dormir 5 ou 6 heures d’affilée ou rester éveillé sans manifester de signe de faim s’il a pris auparavant une très grosse tétée).
En général les tétées s’espacent spontanément de 1 à 5 heures.

La tétée de nuit est indispensable tant que le bébé la réclame(c’est d’ailleurs la nuit que le taux d’hormones est maximum)

Il n’y a pas de durée idéale de tétée.
Le lait met un temps variable à jaillir du sein après le début de la succion.
Il convient de laisser le bébé au sein aussi longtemps qu’il tète efficacement c’est-à-dire qu’il déglutit. Quand la déglutition se ralentit vraiment sur le premier sein , qu’il faut de nombreux mouvements de succion pour 1 mouvement de déglutition, c’est : soit que le bébé n’a plus faim , soit que ce sein-là est vide. Il convient alors de stimuler le bébé en changeant sa couche, qu’il a généralement souillée en cours de tétée, puis de lui présenter l’autre sein. Si le premier sein était vide et que le bébé avait encore faim , il va se remettre à téter sur le second sein jusqu’à s’endormir, s’ il n’avait plus faim, il va s’endormir dès les premières succions sur ce second sein ou le refuser.

Si la position de succion est correcte le sein ne sera pas douloureux même si les tétées sont longues et fréquentes.
Cependant il n’y a aucun intérêt à mettre ou laisser un bébé au sein sans arrêt, il faut en savoir la raison

Contrôle d’un allaitement bien conduit :

Le bébé paraît serein, pleure rarement ( sauf parfois en fin de journée ),tonique et très présent par le regard, se réveille de façon à peu prés régulière pour boire ( généralement les tétées sont espacées le matin et très rapprochées en fin d’après-midi et en soirée …)

La tétée est efficace : c’est-à-dire que la maman perçoit bien que le bébé est bien accroché au sein, que sa succion est vigoureuse et qu’elle le voit et l’entend déglutir ? Après avoir lâché le sein, il paraît rassasié et s’endort.

Il mouille abondement d’urines 4 à 5 couches par jour et a au moins 1 selle très volumineuse, liquide, grumeleuse, jaune d’or (il peut y en avoir 3 ou 4 par jour)

Il prend i150g à 200g de poids par semaine]i. Il est raisonnable de vérifier le poids du bébé systématiquement toutes les semaines le premier mois surtout si le bébé n’a pas de selles fréquentes.

Quoiqu’il en soit, au bout de quelques jours, chaque couple mère –bébé aura fait connaissance et trouvé son propre rythme . Peu importe que le bébé tète toutes les 2h ou 6h, peu importe si les tétées durent 10 min ou 30 min, peu importe s’il y a 5 ou 12 tétées par 24 h, cela dépend du rythme de chaque enfant, de son appétit, de sa force à téter, de la lactation de la maman ….L’important est que tous les critères de contrôle de l’allaitement ci-dessus soient respectés . que la Maman et le bébé soient sereins. Même si tout n’est pas tous les jours facile et même si ce bébé est bien souvent mystérieux dans ses réactions …..

La baisse de lait de la fin de la première semaine

ALLAITEMENT MATERNEL : CONSEILS APRÈS LE RETOUR À LA MAISON
Il est fréquent que le taux d’hormones de la lactation baisse vers le 8e -10eme jour entraînant une insuffisance très passagère de production de lait. Le bébé alors réclame très souvent, n’est pas rassasié après la tétée, a moins de selles et les seins paraissent plus mous.
Il convient alors de mettre l’enfant au sein très souvent, parfois toutes les 1 à 2 heures, que la maman se repose au maximum et généralement au bout de 24h à 48 h la lactation se remet bien en route.
( Donner des compléments est tentant mais alors le bébé serait rassasié par eux , il tèterait moins souvent le sein or la seule stimulation de la lactation est la tétée du mamelon , le lait diminuerait encore et l’on aboutirait à un sevrage.)

Bien se souvenir que plus l’enfant tète et plus il y a de lait et inversement.


Cette situation peut se produire à d’autres occasions tout au long de l’allaitement : outre la fin de la première semaine, cela peut arriver vers la fin du premier mois, vers 3 mois, à chaque période de fatigue de la maman ou de « poussée de croissance « de l’enfant.
L’attitude en réponse doit être la même.

Une contraception orale peut aussi être la cause d’une insuffisance de lactation ( elle ne doit pas être prise avant la 6e semaine après la naissance)
En cas de baisse de lait plus durable que 24 à 48 h il convient de consulter le pédiatre.

Les « coliques »

On appelle « coliques » des douleurs que peut ressentir un bébé du fait de fermentation intestinale. Il pleure beaucoup, se tortille et émet des gaz nombreux et douloureux. Généralement cela s’associe à des selles vert foncé, et fréquemment un siège irrité et une prise de poids faible.
Cela s’explique par le fait que le bébé tète presque exclusivement le lait de début de sein qui est de l’eau très sucrée qui fermente au lieu du lait de fin de sein qui est très gras et très riche.
Soit parce que la maman change trop vite de sein soit parce qu’elle a beaucoup de lait et le bébé est très vite rassasié avant d’arriver au lait riche.
Dans le premier cas, il convient de prolonger la tétée plus longtemps sur le premier sein et de ne pas forcément proposer le second.
Dans le second cas, il convient que la maman vide un peu le sein manuellement avant la tétée.

Tous les pleurs du bébé ne sont pas des coliques. Tous les pleurs du bébé ne sont pas liés à l’allaitement !!
Il est normal et habituel qu’un bébé pleure à certains moments de la journée….Il a peut-être seulement besoin d’être pris, câliné, bercé …..peut-être simplement cherche-t-il son sommeil et a-t-il besoin avant d’une période d’agitation …. Un bébé a besoin d’être beaucoup câliné les premiers mois, et s’il se calme dans les bras pourquoi hésiter à le prendre ?….il se construit dans la confiance et supportera d’autant mieux ensuite d’être seul.
Tout est une question de mesure et d’équilibre ….

On ne peut pas résoudre tous les pleurs d’un bébé en le mettant au sein … .La faim n’est pas, loin de là, la seule cause de pleurs … .Un bébé qui pleure n’est pas en danger, un bébé qui pleure ne souffre pas forcément ….

Seuls des cris très fréquents dans la journée et répétés tous les jours sont à signaler au pédiatre !

Les engorgements, les mastites ou lymphangites

Un engorgement est un trop plein de lait dans le sein à un moment donné. Il survient brutalement du fait d’un empêchement à l’écoulement (le bébé a moins tété, vêtement trop serré, fatigue ou souci maternel) : le sein devient très tendu et douloureux (engorgement) puis très inflammatoire : rouge chaud avec fièvre maternelle parfois très élevée et frissons (mastite).
Il convient alors de vider ce sein au plus vite en faisant téter le bébé en priorité de ce côté-là après avoir assoupli le sein par une douche ou un bain chaud et amorcé manuellement la vidange du lait. La mère doit se reposer, si possible au lit quelques heures, consulter le médecin qui éliminera une autre cause éventuelle de fièvre et traitera cette mastite comme tout phénomène inflammatoire ( médicaments pour la fièvre et la douleur, glace entre les tétées, parfois anti-inflammatoire et antibiotique s’il craint une infection ) mais en aucun cas le bébé ne doit cesser de téter : lui seul peut vider le sein et résoudre le problème et éviter l’évolution vers un abcès du sein qui demandera alors un traitement spécifique.

Les douleurs du mamelon

La tétée ne doit en aucun cas être douloureuse si l’enfant est mis en bonne position et tète efficacement avec le mamelon bien au fond de la bouche comme cela est bien montré en maternité.
Cependant le mamelon peut être blessé par des succions inefficaces répétées ou trop longues en mauvaise position (bébé trop souvent mis au sein qui mâchouille le mamelon), cela peut entraîner des crevasses.
Il convient alors de rectifier la position de succion, parfois de mettre ce sein « au repos « quelques heures (en le vidant à la main sous la douche).

D’autres causes de douleur peuvent survenir en particulier les mycoses du sein (douleur très vive pendant et entre les tétées) associées à un muguet buccal du bébé. Il convient de consulter le médecin pour un traitement spécifique.

La fièvre maternelle

ALLAITEMENT MATERNEL : CONSEILS APRÈS LE RETOUR À LA MAISON
En dehors de la mastite, il peut arriver que la maman soit malade et ait de la fièvre.
Les maladies infectieuses qui empêchent l’allaitement maternel sont exceptionnelles.
Dans tous les cas de maladies infectieuses courantes ( grippe, bronchite, angine, infection urinaire ….) l’allaitement maternel est possible d’autant que la maman transmet par le lait les anticorps qu’elle est en train de fabriquer contre le germe qu’elle porte …..
Si la maman prend des médicaments la plupart sont compatibles avec l’allaitement (le paracétamol, beaucoup d’antibiotiques …) ou alors il est toujours possible de trouver un médicament compatible.
Il convient d’en parler avec le médecin qui cherchera le médicament le mieux adapté.

Il n’y a aucune raison d’arrêter l’allaitement pour maladie maternelle courante...

La « fatigue » maternelle

Beaucoup de mamans se sentent lasses en allaitant et pensent qu’allaiter au sein fatigue.
Il est certain qu’avoir un bébé à la maison avec les petits soucis que cela procure et la charge de travail ménager supplémentaire entraîne un changement de rythme de vie qui peut fatiguer mais cela quel que soit le mode d’allaitement….
Par contre il est important de savoir que les hormones de la lactation ont des vertus somnifères qui sont utiles et nécessaires pour un repos réparateur de la maman. En effet, ces hormones permettent à la maman de s’endormir très vite dés qu’elle en ressent le besoin et de passer très rapidement en phase de sommeil profond qui est un sommeil très réparateur.
Si la maman qui nourrit au sein respecte ce besoin de sommeil, même dans la journée en s’octroyant une petite sieste le matin et l’après midi , en allant se coucher dès que le bébé a pris sa dernière tétée de la soirée, elle verra à quel point elle sera vite remise sur pied et prête à accomplir beaucoup plus rapidement les tâches quotidiennes.
Le papa est là qui apporte sa contribution à l’allaitement en favorisant le repos de la maman

La croissance particulière d’un bébé nourri au sein

Un enfant nourrit au sein prend généralement 500 g à 1 kg par mois les premiers mois, la prise de poids de la première semaine se calcule à partir du poids le plus bas de la maternité et non pas par rapport au poids de naissance que l’enfant rattrape en 8 à 15 jours en moyenne.
Souvent il arrive que, vers 3 mois, l’enfant prenne beaucoup moins (300 g parfois) cela n’est pas inquiétant et ne doit pas être une raison de sevrage si par ailleurs le bébé tète bien, est serein et que le pédiatre juge que son développement est parfait.

L’absence de selles

Au début le bébé a au moins une selle abondante par jour voire 2 ou 3.
Après le premier mois, il est fréquent que les selles soient très rares : 1 tous les 4 jours voire encore moins. Dans la mesure où le bébé va bien, où il prend bien du poids et que ces selles, quand elles arrivent, sont bien liquides il n’y a rien de particulier à faire.
Mais toujours vérifier en cas d’absence de selles plusieurs jours consécutifs que le bébé Tète efficacement et qu’il prend bien du poids.

L’allaitement dans le couple et dans la famille

Allaiter son enfant au sein paraît bien souvent tout à fait naturel à la maman et au papa qui en ont décidé ainsi et , dans ce cas ils seront l’un et l’autre très sereins dans leur relation au cours cette période et sauront expliquer cette évidence aux enfants aînés et à l’entourage.
Le père a un rôle très important à jouer dans cet allaitement en soutenant, en encourageant et en aidant la maman … ..Tout simplement en l’aimant !
Il n’y a aucune raison que l’allaitement au sein gêne les relations dans le couple ou empêche la sexualité.
Certes c’est une période particulière de la vie tout comme la grossesse et le fait même d’élever des enfants, elle a ses richesses et ses questionnements ….
Il faut savoir en parler, dire ce qui gêne.
Tout comme le père et les autres enfants doivent comprendre que la maman est, les premiers mois, très mobilisée par ce bébé nouveau-né et cet allaitement, la maman, elle, doit être vigilante à ne pas s’enfermer dans cette relation et à rester la femme de son mari et la mère de ses autres enfants.
Ce nouveau bébé est le bébé de la famille et chacun a son rôle à jouer auprès de lui tout aussi primordial que de le nourrir… .même si seule la maman a des seins pour cela.

Quand et comment arrêter l’allaitement au sein

Les pédiatres recommandent d’allaiter de façon exclusive jusqu’au 6e mois de l’enfant.
Mais cela n’est pas toujours possible en particulier par la reprise du travail de la maman et puis aussi parce qu’elle peut décider au moment où elle le souhaite et pour des raisons qui lui sont tout à fait personnelles d’arrêter plus tôt ….
Il convient que la mère et le père prennent ensemble et en accord leur décision et que le pédiatre aide à trouver la meilleure solution pratique.

Quoi qu’il en soit toutes les solutions sont possibles entre un allaitement maternel prolongé (même après la reprise du travail en tirant le lait), un allaitement mixte ou un sevrage complet.
Ce n’est qu’à partir de 6 mois que l’introduction d’aliments autres que le lait doit être envisagée (y compris pour les bébés qui ne sont pas nourris au sein.


A lire: Le sevrage de votre bébé
(recommandations de la Société Canadienne de Pédiatrie)

Samedi 7 Février 2004
Lu 156770 fois